Les talents sont devenus digitaux. Les RH non.

bertrand-duperrinLa transformation digitale de l’entreprise relève d’une logique de consumérisation des pratiques et outils internes. Ou pour dire les choses autrement, ce qui se passe à l’extérieur, coté client, finira par se passer en interne avec les mêmes approches et types de technologies et cela pour trois raisons:

  • l’entreprise doit s’organiser pour servir son marché et ses clients à un niveau de vitesse, flexibilité et expérience suffisant. On ne peut servir des sprinters en s’attachant un boulet à la cheville.
  • le collaborateur est un client qui passe la porte d’un bureau. Il s’attend à y trouver un monde aussi simple, efficace, engageant que ce qu’il vit dans sa vie de consommateur.
  • il n’y a pas d’expérience client sans expérience employé.

    Pour toutes ces raisons la fonction RH devrait être une des plus avancées dans sa transformation, car:
  • c’est à elle de recruter les talents digitaux ou de faire en sorte qu’ils ne perdent pas leur potentiel digital en passant la porte du bureau.
  • si la transformation est affaire de culture et d’usage elle vient en interne comme en externe par les Hommes.
  • comme le marketing elle est en première ligne face à des interlocuteurs humains, clients dans un cas, candidats dans l’autre et, comme le marketing, elle devrait être la première à tirer les leçons de ce qu’elle constate et vit. La première consciente du décalage entre l’intérieur et l’extérieur.

Les RH et le digital: un fossé qui ne se comble pas
Pour lire la suite de l’article de Bertrand Duperrin paru dans FrenchWeb